Commission d’enquête « concentration des médias en France » : la montagne accouche d’une souris
Partager

Communiqué de Presse de Monique de Marco, Sénatrice de Gironde suite à la publication du rapport de la Commission d’enquête « Concentration des médias en France » :

Après de longues heures de débat, alimentées par les atermoiements de la droite sénatoriale, le rapport de la commission d’enquête sur la concentration des médias en France a finalement été adopté au Sénat.

Nous avons choisi de voter en faveur du rapport, pour permettre sa parution et le mettre à disposition du débat public. En effet, ce rapport a le mérite de dresser un constat étayé des grands groupes industriels qui accaparent les médias afin d’accroître leur influence, ce qui pose ainsi un problème de pluralisme et menace notre démocratie.

Selon Monique de Marco, “les propositions cosmétiques qui en découlent, elles même amoindries jusqu’à la dernière minute, ne règlent pas le problème auquel cette commission devait justement apporter un éclairage et des solutions adaptées”. En effet, motivée par la fusion programmée entre TF1 et M6, cette commission ne permettra pas d’enrayer l’inquiétante dynamique de concentration des médias et de répondre aux menaces qui pèsent actuellement sur un des piliers de notre démocratie, le pluralisme et l’indépendance de la presse.

En conséquence, nous refusons que cette commission d’enquête n’ait pour seul héritage les vestiges de quelques mois d’attention médiatique. C’est pourquoi le groupe écologiste, par la voix de Monique de Marco, sénatrice de la Gironde, a publié sa contribution présentée dans le rapport. Ces propositions s’inscrivent à la fois dans les travaux de Julia Cagé et de Benoît Huet, qui ont été reprises dans la récente proposition de loi pour l’indépendance des médias, déposée par Matthieu Orphelin et Paula Forteza.

Afin d’assurer l’indépendance des rédactions, la liberté d’exercice des journalistes et un contrôle assuré par un organisme indépendant en mesure d’effectuer ces missions, nous proposons notamment :

– D’instaurer une gouvernance paritaire des médias entre les journalistes et les actionnaires

– De flécher les aides pour les groupes dont la presse est l’activité principal

– De créer un “observatoire du pluralisme et de la transparence des médias’’ à l’échelle de l’Union européenne

Monique de Marco,
Sénatrice de la Gironde, Vice-Présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication

 

Suivez l’actualité de Monique de Marco, Sénatrice de Gironde sur son site internet : www.moniquedemarco.fr