« Échec et COP »
Partager

Après deux semaines d’intenses négociations internationales, la COP 26 s’est achevée samedi sur un accord au rabais. Cette COP est un énième échec face au plus grand défi de l’humanité : notre lutte commune contre le dérèglement climatique.

En effet, dans l’hypothèse où l’ensemble des mesures adoptées à Glasgow étaient respectées, nous serions sur un scénario catastrophe d’une augmentation de 2,7°C du réchauffement planétaire, d’ici à 2100. Alors que les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté de 64 % depuis 1992, cet attentisme est irresponsable. Les beaux discours du gouvernement français, empêtré dans son addiction au nucléaire et aux énergies fossiles, ont entravé la possibilité pour l’Union européenne de jouer un rôle moteur dans ces négociations.

Marquée par l’influence grandissante des lobbies, présents en grand nombre à Glasgow, cette COP ne permettra pas d’accélérer la sortie du charbon et des financements aux énergies fossiles: aucun calendrier de sortie des hydrocarbures n’étant évoqué dans le texte final.

D’autre part, le mécanisme de solidarité financière et de justice climatique, revendiqué par les États les plus pauvres, a été sabordé par les États-Unis et l’Union européenne, les pays riches ne voulant pas payer pour les dommages dont ils sont responsables.

Tristes constats, alors que la situation planétaire n’a jamais été aussi critique et alors que les solutions sont connues. En France et en Europe, se sont celles de la décarbonation de nos économies et d’un Green New Deal. Cela se joue en 2022, avec une présidence écologiste pour la France.

Alain Coulombel et Eva Sas, porte-paroles