Affaire du CIVB contre Valérie Murat et son association : nouvelle tentative de bâillonner les lanceurs d’alertes !
Partager

communiqué du 11 octobre 2021 (mise à jour le 12 novembre)

En Gironde, il souffle un vent mauvais sur les lanceurs et lanceuses d’alertes.

Valérie Murat, lanceuse d’alerte, et son association « Alerte Aux Toxiques » ont été condamnés à payer 125 000€ au CIVB pour pouvoir faire appel de la condamnation de première instance.

Le 15 septembre 2020, l’association Alertes aux Toxiques publiait le contenu d’une étude sur une vingtaine de vins labellisés Haute Valeur Environnementale (HVE). Les résultats montraient que 28 substances actives liées aux pesticides avaient été détectées sur les 22 bouteilles analysées.

À la suite de cette publication, le CIVB avait déposé une plainte pour « dénigrement collectif à l’égard de la filière des vins de Bordeaux » invoquant qu’on ne pouvait juger la présence de pesticides comme dangereuse pour la santé.

L’association Alertes aux Toxiques avait été condamnée, d’une part au paiement d’une somme de 125 000 euros, et d’autre part à l’interdiction de diffusion des publications incriminées.

Le 13 octobre dernier, le CIVB (conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux) a demandé, avec l’aide de plusieurs avocats, la radiation pure et simple de l’appel du jugement que Valérie Murat a déposé, suite au jugement de première instance, au motif que la militante anti-pesticides ne s’est pas encore acquittée de la totalité des sommes exigées.

Par une décision rendue ce 10 novembre, la Cour d’Appel de Bordeaux a condamné Valérie Murat et son association Alerte Aux Toxiques à s’acquitter des 125 000 € auprès des vins de Bordeaux, avant de pouvoir faire appel de la décision du tribunal de Libourne.

Cela revient ni plus ni moins à lui interdire de faire appel !!!

Lors du verdict prononcé par le tribunal de Libourne le 25 février 2021, Eelv Gironde avait déjà souligné que de part le caractère solidaire de la condamnation vis-à-vis de sa porte-parole, du montant de l’indemnité attribuée et de son caractère immédiatement exécutoire, la peine prononcée réduisait de fait au silence Valérie Murat et son association en tant que lanceurs d’alertes.

Les écologistes ont toujours exhorté les acteurs de la filière à s’engager dans une amélioration profonde de leurs pratiques et à l’abandon complet des pesticides.

Ce n’est pas en attaquant les lanceurs d’alertes que la confiance des consommateurs sera rétablie ni même maintenant en essayant de leur refuser que l’affaire soit réexaminée.

Rappelons que la certification HVE n’interdit pas dans son cahier des charges l’utilisation de pesticides de synthèse. Il existe déjà une certification qui pour les écologistes est gage de confiance et de changement réel des pratiques : celle de l’agriculture biologique et de l’agroécologie.

Cette volonté renouvelée de faire taire les lanceurs d’alertes est un nouveau signal très inquiétant pour la liberté d’expression. Les écologistes soutiennent Valérie Murat et appellent chacun·e a soutenir financièrement l’association Alerte aux Toxiques afin qu’elle puisse faire appel de la décision de première instance.

EELV Gironde

Une réflexion au sujet de “Affaire du CIVB contre Valérie Murat et son association : nouvelle tentative de bâillonner les lanceurs d’alertes !

  1. Bonjour,
    Avez vous l’intention de mobiliser vos militant.e.s pour nous soutenir le 13 octobre à 10h devant la cour d appel ?

Les commentaires sont fermés.