Cantines sans viande à Lyon : le gouvernement cherche-t-il à faire diversion ?
Partager

Ce weekend, la mise en place d’un menu unique sans viande par la municipalité écologiste de Lyon a déclenché une bronca des ministres de la macronie sur les réseaux sociaux. EELV déplore et dénonce la multiplication des polémiques stériles sur l’action les élu.es écologistes et invite le gouvernement à investir son temps dans l’action publique plutôt que dans la communication politique.

Alors que l’inaction gouvernementale est chaque jour davantage mise en lumière (gestion de la crise sanitaire, précarité de la jeunesse, loi Climat qui s’annonce largement inutile), le gouvernement cherche à faire diversion. En témoigne la levée de boucliers des ministres de l’Intérieur et de l’Agriculture au sujet du menu unique sans viande à Lyon. Mesure idéologique pour l’un, anti-pauvre pour l’autre, l’ensemble des relais médiatiques de la macronie persiste et signe dans son erreur. Europe Écologie les Verts souhaite rappeler que :

1 – Gregory Doucet, maire écologiste de Lyon, a pris la décision de mettre en place un menu unique sans viande, en accord avec les recommandations sanitaires du Ministère de l’Éducation nationale imposant, sans concertation ni information préalable, un protocole sanitaire renforcé dans les cantines scolaires. Permettant de fluidifier la prise des repas et de renforcer le protocole sanitaire, il est sans viande (et non pas végétarien) car c’est le plus petit dénominateur commun qui permet de rendre effective l’égalité devant le service public à tous les élèves (régimes alimentaires compris).

2 – Cette décision avait déjà été prise à l’identique et pour les mêmes raisons en mai dernier par l’ancien maire de Lyon, Gérard Collomb… lui-même ancien ministre de la majorité. A l’époque cela avait été reçu comme du pragmatisme, c’est aujourd’hui considéré comme « dogmatique », « sectaire » et « idéologique » (sic).

Europe Écologie Les Verts déplore l’attitude du gouvernement qui use de diversions pour  masquer ses propres carences dans la gestion de la crise sanitaire, ses conséquences sociales et son inaction pour engager la transition écologique.

Nous dénonçons cette indignation à géométrie variable qui fait des élu.es écologistes la cible numéro 1 d’un gouvernement politicien à l’approche des échéances électorales. Nous actons enfin la médiocrité d’un gouvernement qui, avec un appui non dissimulé des lobbies agro-industriels, s’entête dans des polémiques stériles et les procès d’intention à l’égard des élu.es écologistes, celles et ceux qui agissent concrètement et de manière responsable au quotidien pour la transition écologique, la justice sociale, la démocratie.

Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.