Pas de masques pour la rentrée : le gouvernement signe une mesure incohérente et inégalitaire
Partager

Ce mercredi, le gouvernement a annoncé que l’Etat ne fournirait pas de masques gratuits aux élèves à l’occasion de la rentrée scolaire. Europe-Ecologie Les Verts condamne une décision incohérente et qui provoquera demain de nombreuses inégalités. 

Si la fermeture des établissements scolaires n’est pas envisageable, dans la mesure où elle renforce les inégalités d’accès à l’enseignement, alors l’école doit pouvoir disposer des meilleurs outils, dont les masques, pour prévenir les risques liés à une reprise de la pandémie et prendre en charge convenablement les centaines de milliers d’écoliers, de collégiens et de lycéens qui reprendront le chemin de leurs établissements la semaine prochaine.

Europe-Ecologie Les Verts constate une fois de plus les approximations du  gouvernement incapable de proposer une réponse cohérente à un problème de santé publique grave, ainsi qu’aux problèmes pédagogiques qui en découlent. De plus, cette décision, prise à la hâte, quelques jours avant la rentrée ne permettra ni aux collectivités locales, ni aux établissements qui souhaitent pallier l’absence de responsabilité de l’Etat, de réagir et d’organiser correctement cette rentrée scolaire. Les différents scenarii auraient dû être travaillés par les équipes dès le mois de juin 2020 et non dans la précipitation.

Par voie de conséquence, Europe-Ecologie Les Verts, la commission santé et la commission enfance-éducation-formation exigent un protocole sanitaire clair et cohérent avec la situation sanitaire actuelle. Cela suppose :

– de fournir les masques gratuitement, ou à défaut, apporter une aide financière exceptionnelle aux familles qui en feront la demande ;
– d’homologuer au plus vite les tests salivaires qui ont fait leurs preuves en Allemagne et dans beaucoup de pays d’Europe, et qui constituent l’unique moyen de dépistage adapté aux enfants a contrario de la méthode actuelle que le HCSP juge trop douloureuse pour les enfants de moins de 11 ans ;
– d’introduire des modules d’information aux enseignant.e.s sur la crise et de la pédagogie pour les élèves pour expliquer la crise actuelle afin d’initier une véritable éducation à la santé et d’informer bien en amont les personnels de direction qui ont à leur charge des établissements scolaires qui dépassent parfois le millier de personnes ;
– de recruter des enseignant.e.s et du personnel d’accueil  pour réduire les effectifs par classe ;
– d’aménager les outils de l’enseignement afin de garantir, le temps de la pandémie, les meilleures conditions de suivi des cours. Prévoir des allègements de programmes, notamment pour les classes à examen.

Eva Sas et Alain Coulombel, porte-paroles
La commission Santé d’EELV
La commission Enfance, Education et Formation d’EELV

 

crédits photos : https://www.nursetogether.com/ / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)