Les candidats-e-s d’EELV pour les élections sénatoriales de la Dordogne
Partager

En mars dernier, dans un contexte sanitaire et social difficile, les électrices et électeurs ont choisi de confier la gestion de nombreuses villes à des maires écologistes. Ils font ainsi de plus en plus confiance aux écologistes pour organiser des politiques de prévention, apporter des solutions et limiter les impacts climatiques, sanitaires et sociaux face aux crises présentes et malheureusement à venir : crise sanitaire, sécheresse, effondrement de la biodiversité, dérèglement climatique,…
 
A l’occasion des élections sénatoriales du 27 septembre prochain, afin de continuer à porter ces solutions novatrices, les écologistes présenteront deux binômes paritaires de candidat-e-s au vote des grands électeurs de Dordogne. Ces binômes sont constitués d’élu-e-s locaux et de militant-e-s d’EELV, représentant la diversité des territoires du département, et aptes de par leur expérience et leur expertise à être les moteurs du changement nécessaire :
 
1) Marilyne Forgeneuf, titulaire, 47 ans, habitante et adjointe de la commune de Saint-Estèphe, 1ère vice-présidente de la communauté de communes du Périgord Nontronnais, présidente du SMCTOM de Nontron, directrice financière d’une communauté de communes ;
 
Gaétan Brizard, son suppléant, 50 ans, habitant et adjoint de la commune de Sarliac-sur-L’Isle en charge de l’école et du développement durable, chargé de mission au Conseil départemental sur l’alimentation locale dans la restauration ;
 
2) Philippe Thomas, titulaire, 63 ans, militant écologiste habitant de Sarlat, membre du Collectif Transition Périgord Noir, animateur du groupe forêt, et conseiller agricole à la retraite ;
 
Colette Batailler, sa suppléante, 66 ans, militante écologiste habitante de Marsac sur l’Isle, cadre de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de la Dordogne à la retraite.
 
Durant cette élection, les écologistes ont la volonté de replacer au centre des valeurs démocratiques la solidarité plutôt que l’individualisme, la coopération plutôt que la compétition, le temps long plutôt que les décisions à courte vue, l’intérêt général plutôt que la somme des intérêts particuliers, la démocratie citoyenne en lieu et place de la technocratie ou des populismes.
 
Ils souhaitent défendre l’égalité des territoires, avec une décentralisation qui respecte les collectivités et leur capacité d’agir, grâce à des compétences claires et des moyens équitables pour les gérer. Ils se battront pour assurer la continuité territoriale et la présence des services publics, et lutteront contre les privatisations et les ruineux partenariats public-privé.
 
Ils promeuvent un investissement public massif, et coordonné entre l’État et les collectivités, dans la transition écologique et énergétique, pour développer de nouveaux secteurs économiques, créer des emplois locaux et durables, et soutenir l’innovation créant de la valeur sociale et environnementale.
 
Ils portent un projet de transformation global portant sur l’environnement, l’économie et le contrat social, et veulent ouvrir un chemin, celui de la transition écologique de la société, pour le bien-être de toutes et tous.