Déviation de Beynac: stop au gaspillage de l’argent public et au déni de justice !
Partager

Communiqué de presse
10 août 2020

Un luxueux supplément de 24 pages au magazine départemental «Vivre en Périgord» est distribué à tous les foyers de la Dordogne, pour défendre le projet du Président du Conseil Départemental contre la décision de justice imposant la remise en état du site. Après le refus d’achever la voirie dans Beynac suite à une première condamnation, de nouveau cet élu refuse de se conformer au Droit.

Ce supplément édité en 216 000 exemplaires n’aurait coûté que 28 620,24 € aux contribuables périgourdins ! Auxquels on ne manquera pas d’ajouter le coût d’une nouvelle mise à disposition d’agents départementaux sur le chantier, comme l’an dernier, pour convaincre les visiteurs du bien-fondé de cette déviation.

Pendant toute cette affaire, par refus de se conformer aux décisions de justice, les dépenses liées à la propagande, aux frais d’avocats et de justice… sont soigneusement occultées. Sont-elles seulement intégrées au coût des études, des travaux de construction (hâtivement lancés) et de démolition ?

EELV-Dordogne demande que cesse ce gaspillage d’argent public, que la décision du Conseil d’État et les prescriptions du Préfet de remise en état du site soient enfin respectées, et que soient produits des documents comptables complets.

La transparence est un des piliers de la démocratie : les citoyens pourront alors juger sur pièces de l’action du Président du Conseil Départemental et décider dans quelques mois de le reconduire ou non dans ses fonctions.

EELV Dordogne

2 réflexions au sujet de “Déviation de Beynac: stop au gaspillage de l’argent public et au déni de justice !

  1. Un élu doit respecter l’état de droit et la justice. Par 3 fois , la justice a dit non à la déviation de BEYNAC et le président du conseil départemental avec Notre argent continue de faire appel , de faire sa propagande dans le jour du département, des abribus etc .. qui paye ? Pour son obstination. Nous ! C’est inadmissible. Et cette déviation est située sur un site Natura 2000 donc : on touche pas .

Les commentaires sont fermés.