Travaux d’aménagement fonciers non réglementaires sur la commune d’Oloron-Sainte-Marie
Partager

COMMUNIQUE DE PRESSE
Eelv Béarn 24 avril 2020

Les élus écologistes de la Nouvelle-Aquitaine et le groupe départemental Europe Ecologie Les Verts du Béarn, tiennent à dénoncer les travaux d’aménagement fonciers très conséquents (déforestation partielle, arrachage d’arbres et de haies, comblement de zones humides) qui ont débuté sur la commune d’Oloron Sainte-Marie, dans la zone dite du « Gabarn ».

La conduite de ces travaux en pleine période de nidification et de reproduction porte une atteinte très grave aux espèces protégées et à l’ensemble de la faune et de la flore. Ceci en contradiction totale avec les réglementations européennes et nationales en la matière.

L’arrêté préfectoral autorisant les travaux recommande lui-même, dans son article 5 « Mesures de réduction » que ceux-ci aient lieu entre les mois d’octobre et de mars. L’arrêté impose, en tous les cas, qu’ils aient lieu en période d’assec, afin d’éviter la destruction de pontes, de larves ou de spécimens adultes d’amphibiens ou d’odonates. Ce qui n’est absolument pas le cas.

Le projet est porté par le département des Pyrénées-Atlantiques, la communauté de commune du Haut-Béarn et les communes d’Oloron-Sainte-Marie, Précilhon et Escout. Ces manquements à la loi et leurs conséquences désastreuses sur les écosystèmes sont indignes des collectivités publiques qui devraient, au contraire, faire figure d’exemple en la matière.

De plus, ces travaux sont une étape préalable à construction de la voie de contournement d’Oloron-Sainte-Marie « Gabarn – Gurmençon ». Nous tenons à rappeler notre opposition à ce projet démesuré : 1 route, 2 viaducs et 1 tunnel à travers terres agricoles, gaves de montagnes, collines et forêts ancestrales béarnaises.

Cette infrastructure aura pour effet immédiat d’augmenter considérablement le trafic de poids lourds sur le territoire. En tant qu’élus, il est de notre devoir de nous opposer à ce type de projets pharaoniques et inutiles, pour protéger la population et les entreprises de leurs conséquences désastreuses sur l’environnement, la santé publique et l’économie régionale.

Enfin, et surtout, une série de solutions administratives, légales, politiques et techniques existent pour soulager les villes et les villages actuellement traversées par les poids lourds. Et ce, de manière bien plus efficace que par la construction d’édifices de bétons pensés au siècle dernier et qui ne sont absolument plus adaptés aux réalités de notre temps.

L’argent public (plus de 100 millions d’euros attendus) dépensé pour un projet inutile polluant et nocif pour la population, pourrait être utilisé pour renforcer l’offre de santé sur un territoire qui a vu sa maternité fermer et les capacités d’accueil de son hôpital de réduire à peau de chagrin.

Julien BRUNEL
Jean-François BLANCO, Conseiller régional EÉLV
Philippe GLORIEUX ,Secrétaire départemental EÉLV Béarn, Conseiller fédéral EÉLV.