Certains viticulteurs sont-ils au-dessus des lois ?
Partager

Jeudi 27 mars à 23h30 et lundi 30 mars à 23h, le Château Le Sartre, propriété de Bernard Magrez, a déclenché la dizaine de tours anti-gel dont il dispose sur son domaine situé en bordure des zones d’habitation des quartiers de Bougés et de Mignoy à Léognan.

La pratique usuelle est de les déclencher plus tard dans la saison (les feuilles ne sont qu’à peine sorties) et surtout en tout début de matinée, au « point de rosée », ne réveillant les riverains qu’une ou deux heures plus tôt que leur heure de levée normale.

Ces tours anti-gel émettent en effet un bruit conséquent, renforcé par un effet « pales d’hélicoptère » dont le niveau sonore, selon leur positionnement, est assurément au-dessus de la limite de 30 dB1 mesurée au pied des habitations définie par la Loi.

Notre élu de Léognan Benoist Aulanier a obtenu l’intervention sur place de la Gendarmerie pour faire cesser cette nuisance et essayer de convaincre les employés du Château. Sans effet ! les tours anti-gel ont tourné toute la nuit avec l’incidence que l’on imagine sur le sommeil des riverains.

Nous ne sommes que fin mars, les dernières gelées peuvent survenir jusqu’au 13 mai, nous avons des habitants confinés, inquiets pour leur santé, leur famille, leur emploi et même des soignants qui ne peuvent pas dormir.

Nous déploierons donc tous nos efforts pour protéger notre population et faire appliquer la loi relative aux nuisances sonores.

Pour cela, nous demandons que toute mise en service de tour anti-gel, déjà installée ou nouvelle, soit soumise à un test d’émission sonore effectué au pied des habitations qui lui sont proches pour être habilitée au regard de la Loi ou non, sans dérogation

Parce que dérogation est toujours possible, comme celle accordée au regard de la loi sur l’Air, par Mme la Préfète ce jeudi 26 mars.

Dans un lettre adressée aux Maires de Gironde relative aux « opérations de lutte contre le gel pour les viticulteurs – rappel des règles de sécurité à respecter », Madame la Préfète a autorisé les viticulteurs à déroger à la loi sur la qualité de l’Air en leur laissant réaliser des opérations de brûlage pour lutter contre le gel, assorties cependant de conditions sur ce qu’il ne faut pas brûler (pneumatiques, huile de vidange) ou produits de combustion toxiques,  mais aussi devant ne pas « causer de nuisance au voisinage (irritation, picotement, ..) » ni « causer de fumées opaques ».

Or cette même nuit du 27 mars, de nombreux châteaux à Léognan ont procédé à des brûlages, et absence de vent et effet de la pression atmosphérique aidant, de nombreux habitants se sont retrouvés enveloppés d’une épaisse brume nauséabonde au réveil, incommodés au point de porter plainte auprès de la Mairie, de la gendarmerie et déranger le SAMU.

Franchement, en cette période difficile, avons-nous besoin de çà ?

Et donc, logiquement, nous demandons que des opérations de contrôle du respect de ces conditions édictées par Mme la Préfète soient réalisées et que les conséquences en soient tirées.

Partager les contraintes de production de l’agriculture, garder voire développer une agriculture respectueuse de l’environnement et de nos habitants, pourvoyeuse de nombreux emplois est un objectif que nous soutenons depuis toujours, et les pratiques agricoles fortement encouragées par les consommateurs évoluent, et dans le bon sens. Bravo à ces agriculteurs-là !

Mais, il est regrettable et condamnable de laisser quelques-uns ne jouer que leur intérêt personnel au mépris du bien commun, et enrayer la dynamique pour aller vers une agriculture plus propre.

EELV Groupe local les Graves

[1] 25 dB A relevés à l’intérieur du logement et 30 dB A à l’extérieur selon les articles R1336-6, R1336-7 et R1336-8 du Code de la santé publique