Projet d’usine d’enrobé à chaud de bitume à Thenon: l’avis d’EELV-Dordogne dans la consultation publique
Partager

Une concertation publique a été organisée du 7 janvier au 3 février 2020 à Thenon et Azerat.

Elle concerne l’enregistrement en tant qu’Installation Classée pour la Protection de l’Environnement (ICPE) du projet d’exploitation de centrale d’enrobage à chaud de matériaux routiers déposé par l’entreprise de travaux publics Lagarde et Laronze.

Aucune enquête publique concernant ce projet n’a été organisée, une fois de plus l’information de la population a été réduite à minima. La concertation prévue débouchera-t-elle sur un projet acceptable pour tous les riverains et habitants du bassin de vie terrassonnais?

Pour Europe Ecologie – Les Verts – Dordogne, plusieurs points posent questions et demandent des réponses claires et publiques de la part de l’entreprise et des services de la préfecture, préalablement à tout autorisation ou refus.

Ainsi, le site « Rousset » qui est une petite zone d’activité économique, est-il actuellement habilité à accueillir des ICPE ? Les stockages de gaz Propane, bitume et de carburant type GNR prévus sur le site ne devraient-ils pas faire l’objet d’une étude de risques technologiques (type SEVESO) ?

L’entreprise a été mise en demeure de quitter Terrasson par la DREAL. La population de Thenon et d’Azerat peut légitimement se poser des questions quant aux raisons invoquées.

EELV – Dordogne demande au préfet de préciser ces points, et que les raisons de la mise en demeure de déménager cette installation de la DREAL soient rendues publiques.

Concernant les rejets de gaz, est-ce que tous les polluants sont bien listés par l’entreprise dans ce dossier? Il n’est prévu qu’une seule analyse annuelle des émissions atmosphériques de l’installation.

Leurs relevés seront-ils effectués par une société payée par l’entreprise ou seront-ils effectués par une société indépendante ? Seront-ils rendus publics ? La transparence la plus complète est nécessaire sur ce point, car dans différents endroits en France de semblables unités de fabrication d’enrobé à chaud ont provoqué des pollutions atmosphériques significatives, avec des impacts négatifs sur la santé des riverains.

EELV – Dordogne demande que des analyses soient prévues plus régulièrement et à différents moments de la fabrication de l’enrobé, et soient effectuées aléatoirement et de manière indépendante.

Des suspicions de cancers infantiles et de problèmes respiratoires aux alentours d’autres installations similaires en France ont été avancée, comme à Saint-Rogatien en Charente-Maritime. Or le projet d’implantation se situe à 1,5 km d’écoles et du centre de loisirs communal (en centre-ville de Thenon), qui accueille des centaines d’enfants de tout le canton.

EELV – Dordogne demande que des analyses complémentaires sur les risques de pollution atmosphérique et leurs impacts possibles sur la santé des enfants, soient menées par l’ARS sur ce projet, comme d’autres ARS ont pu le faire ailleurs en France.

Les moyens mis en œuvre par l’entreprise pour protéger la santé ses travailleurs n’est également pas abordé dans le dossier. Pourtant, «au-delà du potentiel cancérogène des produits bitumineux et de leurs émissions, les études épidémiologiques ont mis en évidence l’existence d’effets respiratoires liés à une exposition des travailleurs. Des effets cardiovasculaires et immunotoxiques sont également suspectés», rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un rapport publié en septembre 2013 sur les risques liés à l’exposition professionnelle1.

Pour EELV – Dordogne, l’entreprise doit détailler les mesures qu’elle compte mettre en œuvre pour protéger ses salariés.

il est écrit dans la demande de l’entreprise que le maximum de résidus de poussières issus de la fabrication de l’enrobé seront récupérés par le filtre de la cheminée, puis seront réinjectés dans le tambour lors du cycle suivant. Mais il n’est pas précisé quelles quantités des résidus filtrés ne peuvent pas être recyclés, ni comment les ultimes résidus seront retraités (or ce sont vraisemblablement des poussières très chargées en polluants, métaux lourds et COV).

La provenance et la nature des matériaux inertes utilisés à hauteur de 30% dans le recyclage ne sont pas spécifiées. Comment peut-on être sûr de leur innocuité ?

L’entreprise Lagarde et Laronze doit apporter au grand public toutes les informations à ce sujet.

Les nuisances en terme de trafic routier semblent également importantes (15 rotations poids-lourds semi-remorques par jour prévues au minimum). Ce nombre de camions est probablement susceptible d’évoluer si la demande de produits bitumés augmente.

Y a-t-il eu une étude d’impacts de ce trafic sur l’environnement notamment sur les populations riveraines et le long de la D6089 (risques accrus d’accidents, risques liés au matériaux transportés à haute température, etc), sur la vie des espèces de chauve-souris protégées habitant une grotte située aux abords d’une zone Natura 2000 voisine, sur la dégradation des routes, sur la qualité de l’air, etc…?

Enfin, quel sera l’incidence de ce projet sur la valeur de l’immobilier des riverains de la zone d’activité du Rousset ?

Ces impacts doivent être pris en compte par la préfecture pour accorder ou non la demande d’autorisation.

Quel mécanisme de contrôle de la qualité de l’eau restituée dans le fossé et de celle souillée par les déplacements de camions, sera mis en place afin d’assurer qu’il n’y aura pas de pollution ? Les 2 nappes phréatiques en sous-sol sont déjà en mauvais état chimiqueleur état chimique ne doit pas être dégradé davantage, conformément à la directive-cadre sur l’eau 2000/60/CE.

Europe Ecologie Les Verts – Dordogne, compte tenu de toutes ces questions encore en suspens, n’est pas favorable à l’autorisation d’enregistrement ICPE à ce stade, et demande à la préfecture de communiquer à la population locale toutes les informations listées dans le présent avis, avant toute décision.

Pour télécharger cette contribution en pdf, cliquez ici.

2 réflexions au sujet de “Projet d’usine d’enrobé à chaud de bitume à Thenon: l’avis d’EELV-Dordogne dans la consultation publique

Les commentaires sont fermés.