Processus de paix au Pays basque : ne faisons pas bégayer l’histoire !
Partager

Europe Écologie Les Verts appelle à la manifestation du 11 janvier prochain à Bayonne initiée par les Artisans de la paix.

Il y a plus de 8 ans l’organisation ETA cessait la lutte armée ; son désarmement total a été acté le 8 avril 2017 et elle s’est dissoute le 4 mai 2018.
Suite à ce changement historique de contexte et à l’ouverture d’un espace de discussion entre le Pays Basque et le gouvernement français, les mesures d’exception concernant les prisonniers/ères politiques – rapprochements, regroupement et levée des statuts de détenus particulièrement signalés (DPS) – ont diminuées. Europe Écologie Les Verts espère que ce mouvement se poursuivra, ces mesures n’honorant pas un État de droit, notamment la doctrine de la dispersion. Des solutions particulières doivent aussi être trouvées concernant le rapprochement des femmes détenues.

En revanche, de façon générale, le processus de paix est enlisé. Ni la cessation de la lutte armée ni le désarmement ne suffisent à caractériser la paix. Les conséquences du conflit doivent être traitées.
D’une part, en mettant en place une commission de type « Vérité et réconciliation », notamment pour la reconnaissance de la souffrance de toutes les victimes. La mise en place d’une justice transitionnelle et les outils de la justice restaurative seraient appropriés. La société civile basque est prête. Les États français et espagnols devront s’y impliquer également et cesser toute instrumentalisation du conflit et de ses suites à des fins politiques.
D’autre part, en accordant des aménagements de peine pour les prisonniers/ères. Or, le parquet est inflexible en faisant appel des décisions favorables et les décisions judiciaires ne sont pas homogènes, certaines n’hésitant pas à éluder le nouveau contexte pour s’opposer aux aménagements de peine sollicités. Il est rappelé qu’il s’agit principalement de longues détentions et que 4 prisonniers sont incarcérés depuis 30 ans à présent. Ce blocage judiciaire est en réalité politique.

Le Président Emmanuel Macron a dit à Biarritz, en mai 2019 : « Le Pays Basque est pour moi un exemple de résolution de conflit et de sortie des armes. (…) Le devoir de l’État est d’accompagner le mouvement. Nous ne devons pas faire bégayer l’Histoire, il faut l’accompagner ». Europe Écologie les Verts exige que ces paroles soient suivies d’effet pour que le processus se poursuive vers une résolution intégrale des conséquences du conflit et une paix durable au Pays basque.

Photo ELA Sindikatua – Flickr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.