EELV Gironde dénonce les évacuations de squats ordonnées par l’État sur Bordeaux Métropole
Partager


Communiqué de presse
Europe Ecologie les Verts Gironde
12 juillet 2019

EELV Gironde condamne fermement les évacuations de squats actuellement en cours sur Bordeaux Métropole, alors qu’aucune solution de relogement n’est proposée à ces hommes, femmes, dont certaines sont enceintes, et enfants, sans logement.

Ces mises à la rue se font au mépris des conditions humaines de dignité et, pour ce qui est des demandeurs d’asile, à l’encontre des conventions internationales comme la Convention de Genève.

Après Mérignac, Bordeaux et Saint-Médard-en-Jalles, dans quelle ville de Bordeaux Métropole l’État va-t-il procéder à l’évacuation de squats, ultime refuge pour abriter des personnes fragiles et malmenées, dont parmi eux des demandeurs d’asile ? Les personnes se retrouvent dans la rue dans de fortes chaleurs, sans accès à l’eau et à l’hygiène.

EELV Gironde soutient les associations qui leur viennent en aide et interpellera l’État, et notamment Madame La Préfète, pour que les méthodes employées soient revues et des solutions pérennes de logement trouvées.

Agnès Séjournet et Olivier Thouard, co-secrétaires EELV Gironde

 

Courrier adressé à Mme Fabienne Buccio, préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, le 18 juillet 2019

Madame la Préfète,

A Talence il y a un mois, très récemment à Mérignac, Bordeaux et Saint-Médard en Jalles, les services de l’Etat sur votre décision expulsent des hommes, femmes, dont certaines sont enceintes, et enfants, sans logement, alors qu’aucune solution de relogement n’est proposée.

Nous condamnons fermement les évacuations de squats actuellement en cours sur Bordeaux Métropole. Ces mises à la rue se font au mépris des conditions humaines de dignité et, pour ce qui est des demandeurs d’asile, à l’encontre des conventions internationales comme la Convention de Genève.

Après Talence, Mérignac, Bordeaux et Saint-Médard en Jalles, dans quelle ville de Bordeaux Métropole, l’État va-t-il procéder à l’évacuation de squats, ultime refuge pour abriter des personnes fragiles et malmenées, dont parmi eux des demandeurs d’asile ? Les personnes se retrouvent dans la rue dans de fortes chaleurs, sans accès à l’eau et à l’hygiène. Imaginez l’impact sur leur santé mentale et physique.

Nous contestons la méthode employée qui ne fait que déplacer la problématique sans la résoudre. Ces expulsions coûteuses pour l’Etat avec l’argent public se font sans diagnostic social qui permettrait de proposer des solutions adaptées à chacun(e). Le 115 est débordé. EELV Gironde soutient les associations qui leur viennent en aide : elles font un travail remarquable, déjà en situation « normale » et maintenant face à ces urgences.

La résorption des squats et bidonvilles doit être une priorité en adoptant une autre méthode. Des solutions peuvent être trouvées en mettant tous les acteurs (Services de l’Etat, collectivités, élu-es, associations…) autour d’une table pour qu’ils agissent en responsabilités, ensemble.

En 2016, il n’a pas fallu beaucoup de temps à l’Etat pour monter un CAO pour migrants isolés à Mérignac par des algécos très bien équipés, démontés 6 mois après. Par ailleurs, il nous semble que des opérations de préemption de sites comme des entreprises inoccupées seraient des pistes à explorer: elles pourraient être aménagées pour accueillir plus confortablement que dans des gymnases.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Madame la préfète, l’expression de nos salutations distinguées.

EELV Gironde