Plan d’épandage des digestats issus de l’unité de méthanisation de Suez Organique
Partager

24/05/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Nous avons enfin pu prendre connaissance du projet de « Plan d’épandage des digestats issus de l’unité de méthanisation de Suez Organique ». A la lecture de ce dossier (merci aux personnes qui nous l’ont procuré) on comprend mieux pourquoi il était si difficilement accessible. On apprend qu’il s’agit de répandre des digestats, soit des résidus issus du processus de dégradation de la matière organique après méthanisation et cela pour fertiliser les sols.

Ces digestats proviendront des stations d’épuration urbaines (matières organiques, eaux de lessives, graisses etc), des stations d’épuration de l’industrie agro-alimentaire, des effluents des fosses septiques, des graisses, provenant de l’industrie de la viande, des boues viticoles et des boues papetières. De nombreux micropolluants (métaux lourds, produits pharmaceutiques, détergents) sont associés à la matière organique et aux graisses. Le risque de pollution de l’eau et des sols est quasi inéluctable. Or, on veut les épandre sur 4.600 ha, dans une région dont le nom « Aquitaine » signifie « Terre des eaux », un risque de contamination majeur qui amène plusieurs remarques :

Comme le dit le porteur du projet « à ce jour aucun résultat analytique ne permet de valider l’innocuité des digestats ». Autrement dit les micropolluants présents avec les digestats finiront par polluer les sols et l’eau. Enfin l’unité de méthanisation est construite avant d’avoir obtenu une quelconque autorisation ; imprévoyance notoire.

Afin d’éviter tout risque de pollution, les polluants contenus dans ces digestats devraient être supprimés à la source et la mise en place d’une politique volontariste de prévention est indispensable.

Des maires du Bassin d’Arcachon ont été très réactifs et l’on s’en réjouit. Maintenant que les associations sont en possession du dossier, elles vont pouvoir émettre des avis avant la mise à l’enquête publique promise, qui nous le savons par expérience est trop souvent favorable.

Michel Daverat

Porte-parole d’EELV du Bassin d’Arcachon