Contournement de Beynac : Non ! Monsieur le Président du Conseil départemental, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez !
Partager

Le 28 décembre 2018, le Conseil d’État annonce la suspension des travaux du contournement de Beynac en attendant le rendu du Tribunal Administratif. Cette décision met un coup d’arrêt à ce projet hors sol, dépassé de 35 ans.

La sagesse d’un élu du peuple aurait voulu que Monsieur Peiro respecte cette décision, qui reconnaît l’inutilité de ce projet. Pourtant Monsieur Peiro SE paie, avec l’argent du contribuable, une campagne de propagande mensongère et anti-démocratique, reçue par tous les Périgourdins dans leurs boîtes aux lettres début février.

Que dans son édito, M. Peiro explique sa volonté, soit.

Il se contredit en souhaitant maintenir le tourisme, tout en accusant ce même tourisme de ne pas se préoccuper de la population locale, soit.

La protection des espèces et des milieux naturels n’est que secondaire et il n’a cure des grands enjeux planétaires, soit.

Il craint pour la capacité future à imaginer des projets de territoire, sans même se rendre compte que c’est sa propre vision et son obstination étriquées qui se retournent contre un avenir durable, soit.

Mais les citoyens ne peuvent pas accepter l’appel en première page d’un rassemblement et d’une pétition pro-contournement organisée par le Conseil Départemental en troisième page! Cette pétition est gérée par des services publics et payée par les contribuables périgourdins, qu’ils soient favorables ou non à ce projet, puisqu’il n’y a pas d’affranchissement ! Même chose pour les 5 pages pleines du magazine et la campagne d’affichage.

Les citoyens périgourdins, attachés à notre démocratie, ne peuvent accepter de payer pour un document de lobbying, sans qu’aucune place, même infime, ne soit faite aux raisons et à l’historique des opposants à ce bétonnage !

Ce projet dépassé n’est plus une affaire de développement ou même de sécurité – les travaux financés par la commune de Beynac ayant réglé le problème – mais une affaire personnelle.

M. Peiro, vous vous asseyez sur toutes les règles démocratiques, sur le respect des décisions de justice, au profit d’un combat personnel qui vous aveugle.

Pour Europe Ecologie – Les Verts, votre vision est évidemment une vision dépassée et inadaptée aux contraintes et besoins actuels. A l’heure de l’urgence sociale et climatique, alors que tout nous pousse à ralentir et imaginer un autre développement, vous nous proposez du béton et des camions ! Moderniser un territoire ce n’est plus accélérer le rythme et intensifier le trafic, c’est au contraire trouver les alternatives locales et adaptées au territoire, produire et consommer local, faciliter les déplacements par le covoiturage par exemple en mettant à disposition des usagers des outils d’échange. Il ne s’agit en rien d’opposer le monde rural et le monde urbain, en victimisant le premier et en insultant le second, mais au contraire de jouer sur leurs différences complémentaires.

Enfin, la crise des gilets jaunes renforce cette réalité : justice sociale et justice environnementale ne font qu’une.

Militant.e.s et élu.e.s Europe Ecologie Les Verts – Dordogne se joignent à Sauvons la Vallée de la Dordogne pour faire vivre la démocratie, et affirmer à nouveau leur refus de ce grand projet inutile.