Climat : la génération climat défie le gouvernement
Partager

Alors que les chefs d’états et de gouvernement s’enfoncent dans une inaction dénoncée comme criminelle par les militant-es écologistes associatifs et citoyens, la jeunesse européenne passe à l’action.

Du Mouvement « Extinction Rebellion » en Angleterre aux immenses mobilisations lycéennes en Belgique, partout l’Europe bruisse du sursaut d’une jeunesse qui demande le droit à un avenir prometteur.

Alors que l’Europe politique se recroqueville et se morfond dans des votes nationalistes et populistes, le cri de la jeunesse, emmenée notamment par l’action de Greta Thunberg résonne partout en Europe. Du haut de ses 15 ans, cette jeune fille a mené une grève en Suède pour le climat et a défié les représentants des pays réunis à la COP24. Sa brillante interpellation sonne comme l’aube claire qui fait face avec courage à l’obscur des monstres dénoncés par Gramsci.

En France, 2 millions de personnes ont joint leurs signatures à celles de 4 ONG pour demander au gouvernement d’agir contre le dérèglement climatique avant qu’il ne soit trop tard. Depuis fin 2018, des centaines de milliers de personnes ont, partout en France, battu le pavé pour que l’effondrement soit celui d’un système et non celui du monde.

Partout, la Génération Climat, dont de nombreuses jeunes femmes, ont pris les commandes de l’action climatique. Et face à une classe politique engoncée dans son immaturité, la jeunesse riposte avec la maturité et le courage qui font trop souvent défaut à nos dirigeants.

Les étudiant-es français-es entrent dans la mobilisation pour accompagner les lycéen-nes. Le 15 mars, la grève sera relayée dans les lycées et les universités car rien ne sert plus d’étudier si demain si notre planète devient invivable.

EELV dénonce depuis 30 ans les dévoiements du capitalisme insensé, de la finance dérégulée, du productivisme climaticide.

Pour que l’Europe reprenne vie, elle doit devenir le fer de lance de la révolte de cette jeunesse qui ne doit pas payer les erreurs et l’inaction criminelle des générations précédentes.

EELV soutient la grève des lycéen-nes et des étudiant-es et sera à leurs côtés pour défendre leurs légitimes revendications.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole