Arrivée de deux ourses : une bonne nouvelle pour les montagnes béarnaises
Partager

COMMUNIQUE DE PRESSE

Groupe écologiste et citoyen
à la région Nouvelle-Aquitaine
20 septembre 2018

Le groupe des élu·e·s écologistes à la Région Nouvelle-Aquitaine se félicite de l’annonce faite aujourd’hui par François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, de la réintroduction imminente de deux ourses dans les Pyrénées béarnaises. C’est la récompense d’un travail de longue haleine des associations, des services de l’Etat et des élu·e·s tant au niveau local que régional.

Pour mémoire, dès septembre 2016, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l’environnement et de la biodiversité, avait demandé cette réintroduction à Ségolène Royal, alors ministre de l’écologie. Cette demande avait réitérée à l’été 2017 par Jean-François Blanco à Nicolas Hulot.

« C’est une excellente nouvelle et surtout une réparation de la mort des ourses sous les tirs des chasseurs. Non seulement il s’agit de sauvegarder l’espèce mais d’agir réellement pour la biodiversité comme nos engagements internationaux le prévoient » se réjouit Jean-François Blanco, qui souligne par ailleurs « le caractère équilibré et raisonnable de cette décision dont la finalité consiste non seulement à sauver l’espèce mais qui est une chance pour le pastoralisme ».

Nicolas Thierry voit pour sa part dans cette annonce « une décision juste et cohérente qui vient récompenser un processus de consultation dont les résultats sont massivement favorables au retour de l’ours », tout en saluant « une bonne nouvelle pour la biodiversité ».

Rappelons aussi que le programme de réintroduction est une obligation. En mars 2018, le tribunal administratif de Toulouse avait condamné l’État pour non-respect de l’obligation lui étant faite d’assurer la bonne conservation de l’ours brun dans les Pyrénées. La décision des juges pointait déjà l’urgence : faute de réintroduire des femelles, l’ours risque tout simplement de disparaître des Pyrénées.

L’annonce de la réintroduction de deux ourses permettra de conserver et de transmettre le patrimoine génétique de la souche pyrénéenne que possède Cannellito (12 ans, le fils de Cannelle, la dernière femelle de souche pyrénéenne tuée par un chasseur en 2004), l’un des deux derniers ours mâles, avec Néré (19 ans, de souche slovène), présent dans les Pyrénées occidentales.

La présence de deux femelles viendra aussi récompenser plusieurs décennies d’efforts publics et privés pour aller vers une cohabitation entre l’ours et le pastoralisme, l’ours et la chasse, et pour protéger les habitats de cette espèce. La réintroduction de deux ourses réaffirmera, par ailleurs, l’identité pyrénéenne : conserver ce patrimoine génétique, c’est aussi conserver un patrimoine culturel fortement ancré.

Groupe écologiste et citoyen au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine