Victoire des écologistes: le Parlement européen interdit la pêche électrique
Partager

Après des années de lutte des associations et des écologistes, le Parlement européen a donc choisi l’environnement en bannissant cette pratique désastreuse et aberrante qu’est la pêche électrique, technique qui détruit la biodiversité et fait disparaître des centaines d’entreprises de pêche artisanale.

Europe Ecologie – Les Verts salue le travail des réseaux d’action et notamment de l’association Bloom. Yannick Jadot rappelle que “le Parlement a su dépasser les mensonges diffusés par des lobbys très agressifs et malheureusement relayés par une Commission européenne tombée du côté obscur des lobbys et qui a failli depuis 2006 en accordant des dérogations sans justification scientifique”.

Cette victoire est aussi le résultat de l’alliance nouée entre des pêcheurs, associations, scientifiques, cuisiniers et certains grands distributeurs pour faire triompher l’écologie. Ce sont aussi les citoyen-ne-s, qui ont fait entendre leur voix afin de mettre un terme à cette scandaleuse exception européenne, puisque la pratique est interdite dans la très grande majorité des pays dans le monde (y compris Chine, Brésil ou États-Unis).

Les écologistes appellent désormais les pays pratiquant la pêche électrique, notamment les Pays-bas, à y mettre un terme immédiatement.

Ce combat est emblématique des luttes essentielles que mènent les écologistes et des choix auxquels la société est confrontée : penser la technologie à l’aune des retombées qu’elle peut avoir sur la nature et les humains, à court comme à long terme. En ce sens, les écologistes continuent le combat contre les techniques de pêche les plus destructrices, y compris le chalutage à perche, pour le respect des ressources halieutiques, la protection des océans et la sauvegarde de la pêche artisanale.

Europe Ecologie – Les Verts salue une victoire collective à laquelle ses député•es européens, et plus largement les écologistes européens, ont  pris part et attend du gouvernement français une fermeté sans faille au Conseil face aux pays qui continuent à déroger à ce vote.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux