samedi 12 octobre à 14H30 manifestation devant la centrale nucléaire du Tricastin 🗓 🗺
Partager

Le nucléaire, un danger permanent 

Marie Bové (Secrétaire nationale adjointe EELV), Michèle Rivasi et Karim Zéribi (députés européens EELV), François-Michel Lambert (député des Bouches-du-Rhône)  et le réseau coopératif des écologistes appellent à manifester samedi 12 octobre à 14H30 devant la centrale nucléaire du Tricastin pour dénoncer les incidents à répétition qui mettent en cause la sûreté nucléaire de l’ensemble de la vallée du Rhône.

Trois salariés contaminés sur la centrale de Tricastin

Lundi dernier, trois sous-traitants de l’usine EDF du Tricastin ont été exposés à un jet de liquide radioactif, alors qu’ils démontaient une pompe hydraulique entre les tranches 3 et 4 : la série noire des incidents nucléaires continue.

EELV exprime sa solidarité avec les victimes

Les élus et les citoyens dénoncent fermement la politique des entreprises du nucléaire qui tendent à réduire les coûts de personnel, quelles qu’en soient les conséquences pour la sécurité. L’utilisation de plus de 5 niveaux de sous-traitance, le départ à la retraite des employés d’EDF des plus qualifiés remplacés par des salariés peu formés hypothèquent la sécurité du site. La détonation et la projection de liquide radioactif hors du circuit lors de la réparation d’une pompe auraient dû être anticipés et évités. Cet accident signale d’importantes lacunes dans la gestion de la maintenance.

Fuite de Tritium depuis deux mois sans solution

Le mois dernier, la fuite de tritium dans une nappe souterraine survenue à la centrale nucléaire du Tricastin est la preuve d’un dysfonctionnement majeur avec de graves conséquences sur la santé humaine et l’environnement. La cause de cette fuite pourrait être due à une fissure et à un défaut d’étanchéité sous le réacteur augurant une généralisation de la contamination dans les nappes phréatiques.

Pour Bruno Bernard, secrétaire régional EELV Rhône-Alpes

« Il y a plus de 500 sous-traitants sur le site EDF du Tricastin.  Dans un site, où les employés doivent gérer un risque nucléaire, cette situation est préoccupante. La multiplication des niveaux de sous-traitance augmente le risque. Il faut que le personnel soit correctement formé, payé, suivi médicalement et puisse bénéficier lors de la fermeture de la centrale d’un reclassement adéquat. »

Pour Michèle Rivasi, député européenne et co-fondatrice de la CRIIRAD

«Aujourd’hui, c’est 80% des activités sur la centrale nucléaire qui sont menées par des sous-traitants. Ces personnels sont parfois mal formés et ont des conditions de travail très difficiles ; ce sont les plus exposés à l’irradiation et qui connaissent de fait de nombreuses maladies professionnelles. »

Pour Marie Bové, Secrétaire nationale adjointe EELV

« Les incidents sanitaires irréversibles des derniers jours au Tricastin témoignent d’une surenchère de la mise en danger d’autrui. En effet, l’explosion récente au Tricastin de la canalisation contenant de l’uranium et les fuites de Tritium dans la nappe phréatique confirment que le risque zéro n’existe pas. Le gouvernement français a un devoir de responsabilité de protection des populations et de l’environnement : il doit procéder à la fermeture des 24 réacteurs nucléaires de plus de 30 ans. »

Agenda
Site nucléaire du Tricastin, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Nyons, Drôme, Rhône-Alpes, 26700, France, European Union Carte